S. f. (Astronomie) nom de deux constellations voisines du pôle septentrional ; l'une portant le nom de grande ourse, l'autre celui de petite ourse. Cette dernière est celle où se trouve l'étoîle polaire, ainsi nommée parce qu'elle n'est qu'à deux degrés du pôle. Voyez POLE, ÉTOILE et CONSTELLATION.

La grande ourse est composée, suivant Ptolomée, de 35 étoiles ; suivant Tycho, de 56 ; mais dans le catalogue britannique, elle en a 215.



OURSE D'ARTIMON, (Marine) Voyez HOURCE.

OURSE, (Mythologie) On vient de voir qu'on donne ce nom, en Astronomie, à deux constellations septentrionales voisines du pôle, dont l'une est appelée la grande ourse, en latin, arctus major, helice, phenice ; et l'autre, la petite ourse, cynosura : l'une fut, au dire des Poètes, Calisto, fille de Lycaon, roi d'Arcadie ; et l'autre, une des nourrices de Jupiter. Ovide dit que Calisto étant devenue enceinte de Jupiter sur les montagnes noanériennes en Arcadie, fut changée en ourse par Junon. Comme en cet état elle fut persécutée par les chasseurs, elle se réfugia dans un temple où personne n'osait entrer ; là, elle implora le secours du maître des dieux, qui, touché de sa position et du danger auquel elle était exposée, la plaça dans le firmament. Aratus transporte à la petite ourse la fable qui regarde la grande ourse ; à lui permis : c'est assez pour nous d'en avertir, et de remarquer que le nom de Phénice lui a été donné, parce que les Phéniciens ont commencé à régler le cours de leur navigation par cette constellation la plus proche du pôle du nord. (D.J.)